Accueil Marché immobilier Acheter une maison à la frontière suisse, combien ça coûte ?

Acheter une maison à la frontière suisse, combien ça coûte ?

Les habitants frontaliers avec la Suisse profitent d’un travail bien rémunéré chez les helvètes, qu’ils dépensent en France avec un meilleur niveau de vie. Mais ces avantages ne sont pas gratuits, les prix de l’immobilier sont élevés sur le pourtour genevois. Les maisons les moins chères se trouvent proches de la Suisse alémanique, les germanophiles apprécieront.

Divonne-les-Bains (01) : une douceur de vivre qui se paye

Le taux de variation de la population divonnaise est de +2,4 % par an (source INSEE). Une performance plutôt rare pour une commune, les responsables en sont les nouveaux arrivants. Car si le solde naturel de la population (différence entre les naissances et les décès) se limite à +0,3 %, les nouveaux habitants sont 2 % plus nombreux que ceux qui partent.

Et on les comprend, car la vie a l’air plutôt facile à Divonne-les-Bains. Située au pied du lac Léman, la cité thermale affiche un taux d’activité de 81,8 % dans la classe d’âge des 15 à 64 ans.

Les travailleurs frontaliers vont chercher un salaire 2 fois plus élevé de l’autre côté du lac, avec des dépenses 2 fois moins élevées de ce côté-ci. Mais ils ne sont pas les seuls à y avoir pensé. Résultat : les prix de l’immobilier ont été gonflés dans les années 2010 pour redescendre aujourd’hui.

Les notaires constatent que le prix de vente médian d’une maison ancienne descend à 713 600 €, avec une pointe à 1 014 000 €. C’est peut-être le moment d’acheter car les montants des transactions sont en recul de -11,3 % sur 5 ans.

On observe plus de stabilité du côté des appartements. Comptez un budget médian de 4960 €/m² à Divonne-les-Bains, avec même 5530 €/m² dans la fourchette haute observée par les notaires. C’est plus cher qu’un appartement ancien aux portes de Paris et le marché immobilier local est plutôt atone. Effectivement les études constatent que le montant moyen des transactions sur les appartements anciens de Divonne-les-Bains avance de +0,6 % sur 5 ans.

Ces villes frontalières aux maisons moins chères, plus proches de Genève

Seuls les hauts savoyards ont entendu parler de Veigy-Foncenex (74). Habitants d’une petite ville (ou d’un grand village), les Veigyciens sont à 73,8 % propriétaires de leur résidence principale. Il reste encore 9,2 % de logements vacants, signe peut-être d’opportunités immobilières.

D’après les notaires il faudra mettre sur la table 484 700 € de médiane, avec des pointes à 568 000 €. Mais pour ce prix on a de la place, pas moins de 74 % des transactions immobilières se font sur des maisons de 5 pièces et plus.

Les premières stations de ski ne sont qu’à moins de 2 h de route, ce qui économise le prix d’une résidence secondaire à la montagne.

Mais il y a encore moins cher. Tout proche du lac Léman, à Douvaine (74) les notaires constatent que les maisons anciennes changent de propriétaire pour 378 500 € de médiane. Le marché semble au ralenti, car les montants des transactions baissent de -1,2 % sur 1 an. Dans ce contexte plus de 50 % des nouveaux propriétaires en profitent pour choisir des maisons de 5 pièces et plus.

Pour trouver des maisons encore moins chères proches de la frontière Suisse et de Genève, on peut aussi poser ses valises à Bonneville (74). La variation de la population atteint 0,9 % par an en 5 ans. Au vu des prix des maisons, l’engouement pour cette ville de 12 735 habitants n’est guère étonnant : 293 200 € de médiane avec une fourchette basse à 240 000 € et une fourchette haute à 320 000 €.

Une maison dans le Doubs et le Haut-Rhin, proche de la Suisse pour pas cher

Les travailleurs frontaliers dont l’activité se trouve plutôt sur la zone de Neuchâtel, trouveront des prix de l’immobilier encore plus abordable à Pontarlier (25). Les notaires constatent que les maisons s’échangent entre 195 000 € et 262 200 €, avec des prix médians en hausse de +0,8 % sur 3 mois. Et les nouveaux propriétaires ne s’en privent pas : 80 % des transactions se font sur des maisons de 5 pièces et plus.

Le bassin d’emploi de Bâle tend les bras à ceux qui maîtrisent la langue allemande. Le marché immobilier de Saint-Louis (68) leur propose des prix bien plus abordables que dans les départements limitrophes de la Suisse romande. Les notaires constatent qu’une maison ancienne s’y vend en médiane à 332 100 €, avec des pointes à 404 700 €. Pour les appartements c’est encore moins cher, on en trouve dans une fourchette de 1640 €/m² à 2330 €/m².

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.