Accueil Actualités Assurances crédits

Coût de l’assurance crédit immobilier pour les fumeurs

Bureau de tabac

Le tabac étant responsable de 90 % des cancers du poumon, les contrats d’assurance de crédit immobilier coûtent plus cher pour les fumeurs. L’écart peut d’ailleurs aller du simple au double, mais se trouve atténué avec la formule en délégation. Dans notre exemple, la différence sur le coût des cotisations entre un fumeur et un non-fumeur équivaut …. au prix moyen d’un paquet de cigarettes.

Les fumeurs payent leur assurance de crédit immobilier 2 fois plus cher

Quand on prend des risques il faut les assumer. Selon les chiffres de l’INPES (Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé), le tabac est la première cause de mortalité évitable en France. Il provoque chaque année 73 000 décès prématurés, et tue par la même occasion 6 millions de personnes dans le monde, dont 600 000 non-fumeurs victimes du tabagisme passif.

Dans le cadre d’une assurance crédit immobilier de groupe proposée par une banque, tout le monde partage le risque. Dans le cadre d’une délégation d’assurance proposée par une structure externe, chacun paye pour son propre risque. Notre exemple ci-dessous démontre l’écart de coût entre un emprunteur fumeur, et un autre non-fumeur.

Profil : cadre né le 1er juin 1980, empruntant 200 000 € à 2,40 %, remboursable sur 240 mensualités, non fumeur.

S’il choisit la formule « plus » comprenant toutes les garanties en cas de décès, d’invalidité et d’incapacité (DC + PTIA + IPT + ITT), il pourra se voir proposer un taux de cotisation de 0,07 %, pour un coût total de 2731,03 €, soit une mensualité moyenne de 11,38 €.

Profil : le même, mais fumeur.

La même formule complète pourra lui être proposée pour 0,10 %, pour un coût total de 4196,09 €, soit une cotisation mensuelle moyenne de 17,48 €.

Différence de coût entre le fumeur et le non-fumeur : 6,1 €, soit presque le prix moyen d’un paquet de cigarettes (6,70 € selon l’INPES).

Déclaration d’assurance : attention aux mensonges

Beaucoup parmi les 16 millions de fumeurs que compte la France aujourd’hui peuvent être tentés de ne pas déclarer leur vice et/ou leur dépendance à leur assureur. Bien mal pourrait leur en prendre, au cas où ils tenteraient de déclencher une garantie incapacité à travailler causée par un excès de tabagisme, la première chose que ferait le service de contentieux serait de vérifier que toutes les déclarations ont bien été remplies.

En cas de défaut d’information, un tribunal pourrait donner raison à l’assureur et ne l’obliger à indemniser qu’une partie de la quotité des mensualités de l’infortuné assuré. Mais ce n’est pas tout, certains contrats stipulent que tout changement de condition doit être déclaré à l’assureur. Un emprunteur se mettant ou se remettant à fumer pourrait donc être sensé en informer sa compagnie d’assurances, pour voir le montant de ses cotisations ajusté à la hausse.

Pour arrêter de fumer et économiser ainsi plusieurs milliers d’euros le temps de rembourser votre prêt immobilier : faites du sport. Évitez tout de même les activités et loisirs à risques, sous peine de voir là encore vos cotisations augmenter.

Pour aller plus loin :

Posez vos questions, commentez

commentaires