Accueil Assurances crédits Choisir la quotité d’une assurance emprunteur immobilier

Choisir la quotité d’une assurance emprunteur immobilier

mise à jour: 13 juillet 2018
Tarif de l'assurance crédit immobilier
Les tarifs et les prestations des contrats d'assurance pour crédit immobilier, varient selon la formule choisie.

Lorsqu’un couple marié ou pacsé achète une résidence principale, chacun est solidaire des remboursements du prêt immobilier. Ils souscrivent donc une assurance emprunteur, qui prendra en charge les mensualités du sinistré en cas d’accident de la vie. L’assureur peut également prendre en charge la totalité des mensualités si l’assuré a augmenté sa quotité. Le principe semble compliqué, mais il est très simple.

Quotité de l’assurance emprunteur quand chacun gagne pareil

Admettons que dans un couple, les revenus de Monsieur et Madame soient parfaitement identiques. Chacun participe donc à 50 % des dépenses de la vie quotidienne. Lorsque ce couple souscrit un prêt immobilier avec des mensualités de 1000 €, la justice considère que chacun paye 500 € des mensualités.

Au cas où l’un d’entre eux viendrait à décéder, l’assureur doit verser à la banque prêteuse la quotité du capital restant dû par le sinistré. En admettant que la totalité de ce capital soit de 150 000 €, l’assureur paye 75 000 € et le co-emprunteur survivant continue de rembourser les 75 000 € restants au taux du contrat.

Au cas où l’un d’eux serait victime d’un accident de la vie le rendant incapable de travailler, l’assureur verse 50 % de la quotité des mensualités du sinistré à la banque. Le co-emprunteur non-sinistré n’a donc qu’à verser ses 500 € de mensualités.

On dit alors que chacun dispose d’une quotité de 50 % sur le prêt immobilier.

Note : un matheux vous répondra que chacun est assuré à 100 % de sa quotité, mais ne compliquons pas les choses.

Quotité de l’assurance emprunteur quand l’un gagne plus que l’autre

Prenons l’exemple d’un couple où Monsieur gagne 60 % des revenus du foyer. La loi considère qu’il est responsable de 60 % des dépenses de la vie courante. Lorsque le couple souscrit un prêt immobilier pour des mensualités de 1000 €, on considère que Monsieur participe à hauteur de 600 €/mois au remboursement du crédit.

Si Monsieur vient à décéder, l’assureur verse à la banque prêteuse 60 % du capital restant dû. Si Madame vient à décéder, l’assureur verse à la banque prêteuse 40 % du capital restant dû. Le survivant continue de payer les mensualités sur le capital non-remboursé.

Si Monsieur est victime d’un accident le rendant incapable de travailler, l’assureur verse 60 % des mensualités à la banque prêteuse. Madame ne doit alors payer que sa quotité de 40 %, soit 400 €. Et vice versa, en cas d’incapacité de Madame, Monsieur ne versera que 60 % des mensualités à sa banque, l’assureur versant les 40 % restants.

On dit alors que Monsieur a une quotité de 60 % sur le prêt immobilier, et Madame de 40 %. Cela n’empêche pas chacun des 2 d’être assuré à 100 % de sa participation aux remboursements.

Note : Dans un couple d’emprunteurs, si l’un est fumeur et l’autre non, le taux de cotisation du non-fumeur sera presque 2 fois moins élevé.

Choisir d’augmenter la quotité de l’assurance emprunteur

Un couple dans lequel chacun perçoit les mêmes revenus, peut par exemple décider d’assurer chacun à 75 % du credit. Ainsi en cas de décès, l’assureur versera 75 % du capital restant dû par le sinistré ou 75 % des mensualités dues par ce dernier en cas d’accident.

Si le capital restant dû est de 150 000 €, l’assureur versera 112 500 €  à la banque et le co-emprunteur survivant continuera de rembourser les 37 500 € restants. Les mensualités seront donc beaucoup plus faibles, ce qui lui permettra de consacrer davantage son budget aux dépenses de la vie courante.

À noter que certains couples choisissent d’augmenter la quotité du co-emprunteur atteint de problèmes de santé.

Un couple dans lequel Monsieur perçoit plus de revenus que Madame, peut choisir d’augmenter la quotité de Monsieur. Si par exemple les revenus de Monsieur représentent 70 % de ceux du couple, il peut être décidé de porter sa quotité à 100 % du crédit.

Ainsi en cas de décès de Monsieur, l’assureur remboursera la totalité du capital restant, soulageant Madame de toute mensualité. Même configuration en cas d’accident de la vie, où l’assureur verse lui-même la totalité des mensualités à la banque prêteuse.

Le choix de porter la quotité de l’assurance emprunteur à 100 % pour celui qui perçoit le plus de revenus, permet de soulager les dépenses de l’emprunteur survivant et de la famille en cas de coup dur.

Augmenter la quotité de l’assurance emprunteur, combien ça coûte ?

Les cotisations d’une assurance emprunteur sont basées sur une quotité normalement répartie selon la participation de chaque emprunteur aux revenus du foyer fiscal.

Prenons l’exemple d’une cotisation annuelle de 200 €, pour un couple dont chacun possède une quotité de 50 % dans le remboursement du crédit immobilier. Théoriquement chacun participe donc à 100 € sur les cotisations. Dès lors que l’on passe la cotisation de chacun à 75 %, les cotisations de chacun grimpent à 150 €, soit 300 € annuels dans le couple.

Note : les matheux ajoutent que chacun est alors assuré à 150 % de sa quotité, car on ne peut rien contre la logique des choses.

Cet ajustement fait forcément grimper le montant des cotisations, mais on peut toujours trouver moins cher.

Même configuration dans le cadre d’un couple où Monsieur perçoit 70 % des revenus du foyer fiscal. Sur une cotisation annuelle de 200 €, il paye donc théoriquement 140 €, tandis que Madame verse 60 €. Si ce couple choisit d’augmenter la quotité de Monsieur à 100 %, la part de cotisation de ce dernier grimpe donc à 200 €. Le couple versera ainsi 260 € par an à son assureur.

Note : un matheux conclura que Monsieur est alors assuré à 142,9 % de sa quotité, et il aura raison.