Accueil Marché immobilier Baisse des prix de l’immobilier dans plusieurs grandes villes

Baisse des prix de l’immobilier dans plusieurs grandes villes

D’après la dernière note de conjoncture des notaires, les prix des maisons anciennes pourraient avoir augmenté de +3,2 % en 1 an à la fin août 2020. Du côté des appartements l’inflation est même plus forte : +6,4 %. Une tendance qui reflète bien le marché au niveau national. En effet les études notariales constatent que les prix de l’immobilier ne sont en baisse que dans une poignée de grandes villes de France.

Bon à savoir : ces projections ont été effectuées sans tenir compte de la crise sanitaire. Il faudra attendre de passer le 3e trimestre pour tirer un bilan des éventuelles baisses de prix de l’immobilier. En attendant, voici ce qui aurait dû se passer cette année.

Ces villes où les prix des appartements anciens baissent

La note de conjoncture des notaires parue le 15 juillet 2020, fait le point sur toutes les transactions immobilières ayant eu lieu au 1er trimestre 2020. Les chiffres sont comparés avec ceux du 1er trimestre 2019.

Pour cette édition c’est à Amiens que les prix des appartements ont le plus baissé. Pas de beaucoup cela dit, il faut désormais compter sur 1990 €/m² après un ajustement de -1 % seulement. Le grand écart avec les prix des promoteurs immobiliers se ressert.

Pour autant le marché immobilier de la Martinique a subi une forte secousse au 1er trimestre 2020. Les prix des appartements sont descendus de -10,2 % pour atterrir à 2350 €/m².

Heureusement il y a plus abordable : Mulhouse à quelques kilomètres de la frontière suisse. Les prix des appartements y ont baissé de -0,5 %, le budget médian s’établit ainsi à 990 €/m².

Un peu plus à l’ouest à Orléans les appartements s’achetaient 2050 €/m² au 1er trimestre. Il s’agit d’une baisse de -0,6 % par rapport à la même période l’année précédente.

Enfin on pourra citer Caen dont les prix n’ont quasiment pas bougé : 2080 €/m² après un léger ajustement de -0,1 %.

Et ce sera tout pour les baisses de prix sur les appartements anciens. Pour l’édition trimestrielle de cet article, on notera qu’elles sont peu nombreuses et de faible ampleur.

Ces villes où les prix des maisons anciennes diminuent

On ne trouve quasiment plus de baisses des prix de l’immobilier sur les maisons.

La seule ville concernée est ainsi Poitiers. Les notaires constatent qu’il fallait tabler sur un budget médian de 160 000 €, en baisse de -2,4 % par rapport au 1er trimestre de l’année dernière. Partout ailleurs, les prix des maisons sont en hausse.

Le plus proche que l’on puisse acheter des stations de sports d’hiver à prix réduit, serait à Saint-Etienne. Une maison s’achète en médiane 198 500 €, en hausse de +7 %.

En montant tout au Nord à Lille le budget grimpe à 190 000 €, bien en dessous du prix moyen d’une maison ancienne en Île-de-France. Les vendeurs seront contents de savoir que les prix sont à +2 % sur la période considérée.

Il faut se rendre à Châteauroux pour trouver l’immobilier parmi les plus abordables de France avec des prix des maisons en hausse de +4 %. Au 1er trimestre 2020 les nouveaux propriétaires ont déboursé 124 000 € de médiane.

Plus au nord à Amiens, le budget pour une maison ancienne monte à 151000 €. C’est abordable et représente +2 % en 1 an.

Terminons ce tour France des prix de l’immobilier par Metz. Les maisons anciennes se sont vendues à 215 000 €, soit au même prix que l’année dernière.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.