Accueil Immobilier Ces villes où les prix des maisons et des appartements descendent

Ces villes où les prix des maisons et des appartements descendent

mise à jour: 23 octobre 2018
Place de la liberté, Toulon
Des opportunités d'achat immobilier à Toulon ?

D’après la dernière note de conjoncture des notaires, les prix des maisons anciennes pourraient avoir augmenté de +3,3 % à la fin novembre 2018. Du côté des appartements l’inflation est même plus forte : +3,9 %. Mais il ne s’agit que d’une projection au niveau national. Pour l’instant les études notariales constatent que les prix des maisons et des appartements sont en baisse dans de nombreuses grandes villes de France.

Ces villes où les prix des appartements anciens diminuent

La note de conjoncture des notaires parue le 18 octobre 2018, fait le point sur toutes les transactions immobilières ayant eu lieu entre le 1er avril et le 30 juin 2018. Les chiffres sont comparés avec ceux de la période comprise entre le 1er avril et le 30 juin 2017.

Cette fois-ci les bonnes opportunités pourraient se trouver en Corse-du-Sud, où les prix des appartements anciens ont le plus diminué en 1 an. Le budget recule de -9,7 %, on peut désormais y devenir propriétaire pour 2750 €/m².

À Bourges, c’est encore moins cher. Les notaires constatent que les transactions se sont signées sur une médiane de 1230 €/m², une chute de -6,2 % par rapport à la même période l’année dernière.

Mais les prix des appartements anciens les plus abordables se situent à Saint-Etienne. Les amateurs de football seront ravis, les amateurs de ski aussi au vu de la proximité des stations de sports d’hiver. Le prix médian descend de -5,7 % pour s’établir à 850 €/m².

Le marché continu d’être favorable aux acheteurs de Grenoble. Après une chute de -4,0 % les ménages peuvent désormais signer pour 2090 €/m² de médiane.

À Toulon c’est encore moins cher et l’on se trouve au bord des plages et à quelques heures des stations de ski. Un appartement ancien se vend à 1980 €/m² de médiane après une baisse de -2,9 %, et la différence se creuse avec les prix des promoteurs immobiliers.

Les habitants de La Réunion ne doivent désormais dépenser que 1930 €/m² pour posséder un appartement ancien. L’île de l’océan Indien a vu ses prix reculer de -10,5 % en 1 an.

Dans la ville d’Amiens le budget passe à 1880 €/m² après une chute des prix de -4,4 %. Mais l’on trouvera encore moins cher en se dirigeant vers Poitiers. Les notaires enregistrent une médiane de 1420 €/m² sur les ventes d’appartements anciens, soit une baisse de -3,9 %.

Ces villes où les prix des maisons anciennes diminuent

Décidément le marché immobilier pourrait présenter des opportunités à Amiens. D’après les notaires les prix de vente des maisons anciennes ont chuté de -6,3 %, pour s’établir à 149 000 €.

Décidément les acheteurs de La Réunion sont à la fête au détriment des vendeurs. Les prix du marché descendent de -3 %, pour un budget médian de 195 000 €.

À Chartres la chute est de -10,8% et le prix de vente médian reste en dessous du prix moyen d’une maison ancienne en Île-de-France. De quoi inspirer les professions libérales franciliennes, qui pourraient peut-être devenir propriétaire pour 190 000 €.

En descendant pas très loin au sud-est, on arrive à Orléans. Les études notariales locales notent que les maisons anciennes changent de propriétaire pour 186 600 € de médiane, soit -6,6 % que l’année dernière à la même époque.

À Nancy ce sera moins cher. Les notaires ont enregistré des prix en baisse de -7,1 % sur les maisons anciennes, désormais à 175 600 € de médiane.

Pour rester dans l’Est, à Metz c’est un peu plus cher mais toujours en recul. Le budget se limite à 187 000 € après avoir rétréci de -41 %.

Traversons la France direction l’Ouest, pour arriver à Angers. La célèbre douceur de vivre de la cité des ducs d’Anjou est à la portée d’un budget de 210 000 €. C’est tout de même en recul de -5 % par rapport à la même période en 2017.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer