Accueil Immobilier Négociation immobilière : baisser le prix de vente de combien ?

Négociation immobilière : baisser le prix de vente de combien ?

Il est toujours possible d’abaisser le prix de vente d’une maison ou d’un appartement, en fonction du nombre d’acheteurs par rapport au nombre de vendeurs. Les marges de négociation immobilière moyennes sont actualisées mensuellement par le baromètre LPI. Voici l’analyse des écarts entre le prix affiché et le prix signé à la fin février 2020.

Taux de négociation immobilière moyen : 4 %

Le baromètre LPI récupère les données d’une quinzaine de réseaux immobiliers, ces derniers compilant les chiffres de leurs propres agences. Le groupement édite mensuellement la moyenne de la négociation immobilière sur les 12 derniers mois.

En février 2020, la marge sur les maisons anciennes se situe à 4,5 %. Celle sur les appartements anciens est de 3,3 %. D’après le rapport ces chiffres représentent « des niveaux jamais observés par le passé ». Sur une moyenne longue, les marges reculent de -15 % pour les maisons et de -25 % pour les appartements.

Les ménages se trouvent donc face à des prix de l’immobilier qui augmentent toujours, mais des taux d’emprunt attractifs et des banques bien décidées à leur prêter. La combinaison de ces facteurs leur permet de signer rapidement.

De leur côté, les vendeurs souhaitent céder leur logement au plus vite pour signer l’achat d’un autre. En fonction de l’ampleur de la différence entre l’offre et la demande, on tombe sur de grands écarts selon les régions.

Pour info : pour être mieux préparé à la négociation il est nécessaire de connaître le prix auquel se vend un logement identique, situé au même endroit. Pour cela, utilisez un outil d’estimation d’immobilier en ligne.

Des prix descendus de -9 %, c’est où ?

Les marges de négociation immobilière s’agrandissent et se rétrécissent au gré de l’offre et de la demande.

Les vendeurs d’Alsace n’en reviennent toujours pas. Cette année les acheteurs de maisons ont été particulièrement coriaces. Ils n’ont accepté de signer qu’à -7 % sur le prix indiqué.

En région Midi-Pyrénées il a fallu mettre de l’eau dans son vin pour vendre sa maison. À la fin février les acheteurs ont négocié en moyenne -7,9 % sur le prix en vitrine.

En Lorraine il a fallu faire profil bas pour vendre un appartement. Les acheteurs ont signé en moyenne à 6 % en dessous du prix demandé.

En Bretagne la négociation immobilière était ardue. Les acheteurs de maisons n’ont signé qu’à -9,3 %, tandis que les appartements ont dû s’effriter de -4,5 % pour trouver preneurs.

Un peu plus au nord en Haute-Normandie, les vendeurs de maisons ont dû accepter de faire une croix sur 6,3 % du prix de vente.

Pour info : tous les 3 mois Emprunter Malin met à jour une liste des grandes villes d’Île-de-France où les prix des maisons sont en baisse.

Ces régions où les vendeurs négocient le moins

À la fin février 2020 on trouvait quelques régions dont les marges de négociation immobilière se situaient en dessous de 2,5 %, mais uniquement sur les appartements.

Sur ce type de logement, il fallait aller en Champagne-Ardenne pour trouver les vendeurs les plus radins. Les acheteurs n’ont pu obtenir qu’une marge de -1,7 %. À noter que les maisons ne sont parties qu’à -3,4 %.

En Aquitaine les nouveaux propriétaires n’ont obtenu que 2,1 % de remise, en Auvergne ils ont réussi à tirer la corde jusqu’à 2,2 %. Ailleurs en Basse-Normandie et en Alsace les marges de négociation immobilière sur les appartements se sont établies à 2,4 % seulement.

En Île-de-France, dans un contexte où les prix dépassent leur record historique, les acheteurs d’appartements ont négociés -3 %.

Les marges de négociation immobilières sont encore plus serrées à Paris où l’on doit souvent faire vite. Heureusement pour eux, la mairie leur permet de cumuler le Prêt Paris Logement 0 % avec le PTZ de l’État.

Négocier le prix de vente d’un logement : la règle de l’offre et la demande

Le prix de vente d’un logement est déterminé par le budget qu’est prêt à y consacrer l’acheteur. Lorsque les taux des crédits immobiliers sont faibles comme en ce moment, sa capacité d’achat augmente. Et lorsque plusieurs acheteurs sont prêts à payer plus cher, les prix montent inévitablement.

L’inverse est également vrai. Lorsque la capacité d’achat immobilier des ménages diminue, les vendeurs sont obligés d’abaisser leurs prix et la marge de négociation augmente. Or d’après les notaires, dans la mesure du possible il vaudrait mieux vendre avant d’acheter.

Tous les cycles économiques de tous les biens et services peuvent être représentés sous la forme de montagnes russes, avec des hauts et des bas. Pour l’instant le marché immobilier français est toujours en hausse, il reste à savoir quand viendra son pic.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

2
Posez vos questions, nous y répondrons sous 24H00 ouvrables !

500
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
  Abonnez-vous à ce fil de discussion  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Lorraine ADLINE

Bonjour je m’apprête à acheter une maison dans le morbihan et avec toutes les factures à l’appui je totalise une somme de biens Meubles : cuisine aménagée/équipée, sdb, déco (faience, carrelage, lambris), pour un total de 15% de prix de vente de la maison. Est-ce envisageable devant notaire ? puis-je… Lire la suite »