Accueil Immobilier Négociation immobilière : baisser le prix de vente de combien ?

Négociation immobilière : baisser le prix de vente de combien ?

Accord sur le prix d'un bien immobilier
La négociation est le travail de l'agent immobilier.

Il est toujours possible d’abaisser le prix de vente d’une maison ou d’un appartement, c’est la marge de négociation immobilière. Elle dépend de plusieurs facteurs, particulièrement du nombre d’acheteurs par rapport au nombre de vendeurs. Un observatoire calcule mensuellement cet écart entre le prix signé et le prix affiché, ce qui permet d’identifier les mouvements du marché du logement.

Moyenne de la négociation des biens immobiliers

Le baromètre LPI SeLoger récupère les données d’une quinzaine de réseaux immobiliers, ces derniers compilant les chiffres de leurs propres agences. Le groupement édite mensuellement la moyenne de la négociation immobilière sur les 12 derniers mois.

À la fin janvier la marge de négociation sur les maisons anciennes était de 5,2 %. Celle sur les appartements anciens se limitait à 3,3 %. D’après les statistiques, le mois de mars est propice à de bonnes négociations. Il s’agit d’une période de l’année particulièrement active, tant pour les vendeurs que pour les acheteurs.

Les premiers souhaitent céder leur logement au plus vite pour signer l’achat d’un autre. Les seconds disposent d’un pouvoir d’achat immobilier encore intact, mais qui varie grandement selon les régions.

Jusqu’à 9 % de négociation immobilière, c’est où ?

La courbe des prix du m² est en train de se stabiliser, voire même de s’inverser dans de grandes villes. Comme dans tout cycle économique les vendeurs ont dû revoir leurs ambitions à la baisse, après avoir augmenté leurs prix du mieux qu’ils ont pu. Mais parfois la chute est rude.

Ainsi en Poitou-Charentes la marge de négociation immobilière sur les maisons atteint 9,1 %. Même intensité tout à l’Est, en Franche-Comté où les acheteurs ont fait baisser les prix des maisons de 9 %.

En Bourgogne et en Auvergne les vendeurs ont dû se résigner à laisser leur appartement à 6,3 % en dessous du prix affiché. C’est aussi la déconvenue sur les Pays de la Loire et la PACA, avec respectivement 5,3 % et 5,2 % de marge de négociation.

En revanche les places sont chères en Île-de-France. Les nouveaux propriétaires ont toutefois réussi à négocier 4,4 % sur les prix des maisons, et 3 % sur celui des appartements.

Négociation immobilière : la règle de l’offre et la demande

Le prix de vente d’un logement est déterminé par le budget qu’est prêt à y consacrer l’acheteur. Lorsque les taux des crédits immobiliers sont faibles comme en ce moment, sa capacité d’achat augmente. Et lorsque plusieurs acheteurs sont prêts à payer plus cher, les prix montent inévitablement.

L’inverse est également vrai. Lorsque la capacité d’achat immobilier des ménages diminue, les vendeurs sont obligés d’abaisser leurs prix, et la marge de négociation augmente.

L’indicateur de tension immobilière du site MeilleurAgents.fr, affiche 0,5 acheteurs pour 1 vendeur sur la majeure partie des départements. La tendance des prix serait donc à la baisse, à l’exception de Paris (75), des Hauts-de-Seine (92), de la Loire-Atlantique (44), et du Rhône (69).

Posez vos questions, commentez

commentaires