Accueil Marché immobilier Négociation immobilière : baisser le prix de vente de combien ?

Négociation immobilière : baisser le prix de vente de combien ?

Il est toujours possible d’abaisser le prix de vente d’une maison ou d’un appartement, en fonction du nombre d’acheteurs par rapport au nombre de vendeurs. Les marges de négociation immobilière moyennes sont actualisées mensuellement par le baromètre LPI. Voici l’analyse des écarts entre le prix affiché et le prix signé à la fin mai 2020.

Taux de négociation immobilière moyen : 3,7 %

Le baromètre LPI récupère les données d’une quinzaine de réseaux immobiliers, ces derniers compilant les chiffres de leurs propres agences. Le groupement édite mensuellement la moyenne de la négociation immobilière sur les 12 derniers mois.

En mai 2020, la marge sur les maisons anciennes se situe à 3,9 %. Celle sur les appartements anciens est de 3,5 %. D’après le professeur d’économie Michel Mouillart : « les prix signés progressent toujours et les acheteurs préfèrent renoncer à une négociation des prix affichés pour laquelle ils sont cependant en position de force ».

Avec le retour à la normale, le marché pourrait voir revenir des vendeurs souhaitent céder leur logement au plus vite pour signer l’achat d’un autre. Sans surprise il faut s’attendre à de grands écarts entre les régions, comme on a pu le constater en mai.

Pour info : pour bien acheter il ne suffit pas de tirer le prix vers le bas. Il faut également identifier les villes où les prix de l’immobilier pourraient monter.

Des prix descendus de -17 %, c’est où ?

Les marges de négociation immobilière s’agrandissent et se rétrécissent au gré de l’offre et de la demande.

En Haute-Normandie et en Bretagne les vendeurs de maisons ont dû accepter de faire une croix sur respectivement 5,3 % et 5,5 % du prix de vente.

Une nouvelle qui ne consolera pas les vendeurs de la région Centre. Chez eux la marge de négociation immobilière sur les maisons a été de -17,5 %.

En Franche-Comté les acheteurs ont bien voulu signer pour une maison, mais en rabotant de -9,2 % les ambitions des vendeurs. En Bourgogne ils ont obtenu -8,2 %, tandis qu’en Poitou-Charentes les maisons se sont vendues à -6 % du prix affiché.

En Picardie et en Basse-Normandie c’est sur les appartements que la négociation immobilière fut âpre. Les nouveaux propriétaires picards ont signé à -4,8 %, tandis que les Normands ont obtenu -4,6 %.

En Île-de-France, dans un contexte où les prix dépassent leur record historique, les acheteurs d’appartements n’ont obtenu que -3,3 %.

Pour info : tous les 3 mois Emprunter Malin met à jour une liste des grandes villes d’Île-de-France où les prix des maisons sont en baisse.

Ces régions où les vendeurs négocient le moins

À la fin mai 2020 on trouvait quelques régions dont les marges de négociation immobilière se situaient en dessous de 2,5 %, et pas seulement sur les appartements.

Le marché immobilier d’Alsace a connu des hauts et des bas cette année, mais au final les vendeurs en sont sortis gagnants. Ils n’ont accepté qu’une marge de négociation immobilière de -2,4 % sur les maisons.

Mais ce mois-ci c’est en Bourgogne que les vendeurs n’ont rien voulu lâcher. Pour s’acheter un appartement il ne fallait compter que sur -1,9 % de cadeaux.

Dans le Centre les propriétaires n’étaient pas pressés de se débarrasser de leurs appartements. Les acheteurs n’ont ainsi pu obtenir qu’une ristourne de -0,9 %.

En Champagne-Ardenne il a fallu mettre de l’eau dans son vin pour acheter une maison. Les vendeurs n’ont accepté de descendre qu’à -1,8 % du prix affiché.

Dans les Pays de la Loire le marché immobilier bat son plein, notamment sur Nantes métropole. Résultat : la marge de négociation immobilière sur les appartements s’est limitée à -2,2 %.

Les marges sont encore plus serrées à Paris où l’on doit souvent faire vite. Heureusement pour eux, la mairie leur permet de cumuler le Prêt Paris Logement 0 % avec le PTZ de l’État.

Négocier le prix de vente d’un logement : la règle de l’offre et la demande

Le prix de vente d’un logement est déterminé par le budget qu’est prêt à y consacrer l’acheteur. Lorsque les taux des crédits immobiliers remontent comme en ce moment, sa capacité d’achat diminue. Et lorsque plusieurs acheteurs sont prêts à payer plus cher, les prix montent inévitablement.

L’inverse est également vrai. Lorsque la capacité d’achat immobilier des ménages diminue, les vendeurs sont obligés d’abaisser leurs prix et la marge de négociation augmente. Or d’après les notaires, dans la mesure du possible il vaudrait mieux vendre avant d’acheter.

Tous les cycles économiques de tous les biens et services peuvent être représentés sous la forme de montagnes russes, avec des hauts et des bas. Le marché immobilier français a été fortement ralenti avec le confinement, mais il n’a pas du tout subi la crise annoncée. Si 2020 et 2021 ne seront pas aussi bonnes que 2019, la demande d’accession à la propriété reste forte.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Abonnez-vous à ce fil de discussion
Notifier de
2 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Commentaires dans le texte
Voir tous les commentaires
Lorraine ADLINE
22 août 2019 13 h 14 min

Bonjour je m’apprête à acheter une maison dans le morbihan et avec toutes les factures à l’appui je totalise une somme de biens Meubles : cuisine aménagée/équipée, sdb, déco (faience, carrelage, lambris), pour un total de 15% de prix de vente de la maison. Est-ce envisageable devant notaire ? puis-je… Lire la suite »