Accueil Immobilier Combien coûte un courtier en prêt immobilier ?

Combien coûte un courtier en prêt immobilier ?

mise à jour: 18 mars 2019
Conseiller clientèle

Un courtier en prêt immobilier recherche des crédits pour le compte de ses clients. En tant qu’Intermédiaire en Opérations Bancaires et Services de Paiement (IOBSP), il est lié à son client par une obligation de conseil et d’impartialité. S’il est rémunéré de la même manière par toutes les banques et sociétés de crédit, il peut être gratuit ou payant.

Coût d’un courtier en prêt immobilier

Certains courtiers en prêt immobilier sont gratuits, d’autres facturent des frais de dossier allant de quelques centaines d’euros à 1 % du montant emprunté.

Quoiqu’il en soit la prestation de l’agence de courtage est négociable. De plus la loi interdit à un IOBSP de réclamer un paiement avant que la somme prêtée n’ait été créditée sur le compte de l’emprunteur.

En clair, le client ne paye rien s’il n’accepte aucune des offres réunies par le courtier en prêt immobilier. Ce dernier a donc tout intérêt à lui apporter des propositions intéressantes.

Par souci d’impartialité, les IOBSP sont rémunérés de la même manière par toutes les banques et sociétés de crédit. Ils perçoivent 1 % du montant du crédit obtenu par leurs clients.

Pour info : la prestation des courtiers en rachat de crédit peut se monter à quelques milliers d’euros. La raison est que le montant des dettes à racheter est souvent inférieur à celui d’un prêt immobilier classique.

Les meilleurs taux du courtier

Un courtier en prêt immobilier signe des partenariats commerciaux avec plusieurs banques. Ces dernières lui envoient leurs barèmes de taux d’intérêt, en fonction des situations professionnelles, personnelles et financières des candidats emprunteur.

Elles savent que le courtier va les mettre en concurrence en comparant tous ces barèmes ainsi que les conditions qui y sont associées. Elles font donc en sorte de lui procurer des taux bancaires inférieurs à ceux qu’un particulier obtiendrait directement auprès de sa propre banque.

Lorsqu’un candidat emprunteur passe par un courtier en prêt immobilier, il va changer de banque. Il représente donc une nouvelle clientèle pour laquelle les agences sont prêtes à dérouler le tapis rouge, d’ailleurs la loi peut les obliger à lui accorder des avantages personnalisés.

Voici les meilleurs taux négociés par notre partenaire LowTaux en février 2019 :

25 ans1,42 %
20 ans1,30 %
15 ans1,20 %
10 ans0,79 %

L’emprunteur peut refuser l’offre de prêt

Le choix du contrat de prêt immobilier n’appartient qu’au client. Il a donc le droit de refuser toutes les propositions que lui apporte un courtier, sans avoir un seul centime à débourser.

Un bon courtier doit prendre le temps de dialoguer avec son client, afin de cerner ses besoins. Il lui conseille sur certaines clauses du contrat qui lui permettront de réaliser ses projets. Dans la pratique le courtier et son client s’entendent sur l’architecture du contrat (levée des pénalités, modularité des échéances, frais de dossier…).

L’établissement préalable de cette stratégie permet aux clients de savoir à quoi s’attendre, les refus des candidats emprunteurs sont donc rares.

Pour info : d’après le registre unique des intermédiaires en assurance banques et finances (ORIAS), en 2017 il y avait 28 609 courtiers en prêt immobilier en activité.

Le courtier peut-il obtenir un prêt à tout le monde ?

Le courtier en prêt immobilier ne fait pas de miracles. Il ne peut présenter le dossier de son client que si ce dernier remplit les conditions demandées, et uniquement dans le cadre de la loi.

Il ne pourra donc pas obtenir de financement dans certains cas, notamment dans les suivants :

  • Le demandeur est fiché à la Banque de France ou déclarée en état de surendettement.
  • Les revenus du demandeur sont insuffisants aux yeux des prêteurs.
  • Le demandeur est souvent en découvert.
  • La situation professionnelle du demandeur n’est pas suffisamment pérenne.

Enfin, un courtier en prêt immobilier ne peut pas effectuer de démarche auprès de la banque de son client. Il doit généralement attendre 90 jours avant de démarcher une banque déjà démarchée par son client.

Fabien Belleinguer

Fabien Belleinguer

Éditeur chez Emprunter-Malin.com
Blogueur sur les thèmes de l'argent et l'immobilier depuis 2012, je suis radin, suspicieux, mais toujours poli. Autodidacte, je choisis mes sources d'information avec soin et les analyse en toute indépendance.
Fabien Belleinguer