Accueil Placer son argent Immobilier en Bretagne : les prix montent en bord de mer

Immobilier en Bretagne : les prix montent en bord de mer

mis à jour: jeudi 9 août 2018
Prix de l'immobilier sur les côtes de Bretagne
Les côtes bretonnes offrent un marché immobilier complet, du petit port tranquille à la destination de vacances prisée.

Les prix de l’immobilier sur le bord de mer de Bretagne ont bondi au cours des 12 derniers mois, très souvent au-delà de +5 %. Toutefois le littoral breton partagé entre les stations balnéaires célèbres et les villages tranquilles, offre toujours des opportunités d’achat. Voici le tour des prix des maisons et des appartements, avec la dernière note de conjoncture des notaires de l’Ouest.

Finistère (29) : ce bord de mer où les prix de l’immobilier montent

Les notaires de l’Ouest constatent que le prix des maisons anciennes monte de + 3,5 % sur tout le littoral de Locmaria Plouzané à Locquirec, s’établissant à 147 000 €. Quant aux prix des appartements anciens, ils décollent de +7,1 % restant toutefois au niveau abordable de 1760 €/m².

Il faut ensuite faire tout le tour du Finistère pour descendre sur la côte de Penmarch à Clohars-Carnoet pour trouver des maisons anciennes à 171 500 €, en hausse de +3,9 %. Sur ce bord de mer les prix des appartements anciens sont stables à +0,6 % pour se vendre désormais à 1950 €/m² de médiane. Une nouvelle qui pourra faire plaisir aux professions intermédiaires, ces derniers représentant 25 % des acheteurs.

Signalons également quelques potentielles bonnes affaires à l’intérieur de Brest, pour qui souhaite s’installer dans un bassin économique dont le maintien est garanti par la présence de la marine nationale. Le prix des maisons anciennes est en baisse de -5,6 % dans le quartier de Saint Marc-Guelmeur-Stangalac’H, à 170 000 € de médiane.

Les appartements anciens, déjà relativement abordables dans la capitale du Finistère, sont en baisse dans le centre ancien Rive Droite (-2,7 % pour 1120 €/m²), centre ancien Rive Gauche (-1,3 % pour 1230 €/m²), Kerbonne-Le Landais (-1,5 % pour 1120 €/m²).

Les biens immobiliers les plus chers du Finistère se trouvent à Locquirec pour les maisons (322 000 €), et à Forêt-Fouesnant sans pour les appartements (2850 €/m²).

Quelques bonnes affaires immobilières en Côtes-d’Armor (22) ?

On observe un marché immobilier à 2 vitesses sur la Côte d’Émeraude. D’un côté les notaires constatent une forte hausse de +14,3 % du prix des maisons anciennes, d’un autre ils observent une baisse de -3,3 % sur celui des appartements anciens. Les premières se vendent en médiane à 209 000 €, les seconds à 2580 €/m².

À l’inverse les appartements anciens du littoral Plestinles-Grèves à Binic, affichent une hausse de +0,8 % pour 2350 €/m². Les montants des transactions sur les maisons anciennes ont gagné +6,3 %, pour s’établir à 170 000 € de médiane. Une tendance qui semble refléter celle de l’ensemble de l’immobilier du littoral français.

On retiendra également les prix très abordables des logements sur Saint-Brieuc. Comme sur tout le département les appartements anciens reculent, mais seulement de -0,3 % pour 1060 €/m². Les maisons se vendent à la hausse de +4,2 %, mais pour 125 000 € elles restent relativement abordables. Il y a peut-être de bonnes affaires au nord de la ville, où les notaires constatent que les prix des appartements anciens chutent de -10,6 %. Ils sont désormais proposés à 680 €/m².

Les maisons les plus chères du littoral des Côtes-d’Armor se trouvent sur l’île de Bréhat, disponibles pour 350 000 € de médiane (quand on en trouve). Pour les appartements il faut se diriger sur Trégastel, où les notaires enregistrent des transactions médianes de 3350 €/m².

Les prix de l’immobilier au plus haut sur le littoral d’Ille-et-Vilaine (35)

Il n’est pas bien grand le bord de mer de l’Ille-et-Vilaine, mais il comporte des destinations touristiques phares.

À Dinard les maisons anciennes changent de propriétaire pour une médiane de 361 000 €. Rappelons que ce chiffre signifie que la moitié des transactions s’effectue en dessous, l’autre moitié au-dessus. À la fin avril les notaires constataient d’ailleurs une fourchette de 197 500 € à 499 000 €. Plus d’un tiers des acquéreurs se tournent vers des maisons de 6 pièces et plus.

Mais l’on va peut-être assister à une accalmie sur le marché immobilier de Dinard. Les prix des maisons anciennes ont effectivement bondi de +55,9 % en 5 ans, et de +20,2 % en 1 an.

Sur les appartements la fourchette va de 3100 €/m² à 4460 €/m² pour les mieux placés, c’est-à-dire avec vue sur mer. En 1 an les prix ont évolué de +3 %, établis à 3520 €/m².

C’est pourtant à Saint-Briac-Sur-Mer que l’on trouvent les maisons les plus chères du bord de mer d’Ille-et-Vilaine. Les notaires y calculent une transaction médiane à 404 500 €.

On notera que les terrains du littoral d’Ille-et-Vilaine, sont parmi les plus chers de Bretagne. La proximité de Rennes y est sans doute pour quelque chose. Les ménages ayant fait le choix de construire devront débourser 180 €/m², ce qui est 5,7 % de plus que l’année dernière.

Littoral de la Loire-Atlantique (44) : le Nord et le Sud de Saint-Nazaire

L’embouchure de la Loire marque la séparation entre 2 marchés immobiliers. Sur le bord de mer Nord les prix des logements sont plus élevés, avec 3930 €/m² pour les appartements et 290 000 € pour les maisons. Sur le littoral Sud les premiers changent de main pour 3240 €/m², les secondes pour 220 000 €.

Toutefois l’écart pourrait être en train de rétrécir, car les évolutions sont bien plus fortes au sud. Les prix des maisons y ont bondi de +10 %, contre +3,6 % au nord. Les appartements ont décollé de +16,5 %, contre +2,8 % côté nord. À noter que les terrains constructibles du littoral Nord Loire ont perdu -19 %, et se situent désormais à 160 €/m².

Sans surprise, les 2 stations balnéaires les plus renommées de la Loire-Atlantique proposent les prix des appartements anciens les plus élevés de toute la Bretagne. À Pornichet ils coûtent en médiane 4240 €/m² (+9,4 %), à La Baule il faut s’attendre à 4100 €/m² (-2,4 %). On notera également des maisons anciennes à 330 000 € (+10 %) à Pouliguen, une autre commune composée de nombreuse résidences secondaires.

Le bord de mer du Morbihan (56) parmi le plus cher de Bretagne

Comme toutes les côtes de Bretagne, le littoral du Morbihan possède lui aussi ses stars. Les maisons les plus chères de la péninsule celte se trouvent ainsi à la Trinité-sur-Mer, pour un prix médian de 534 000 €. Sur Sauzon le budget descend à 395 000 €, tandis qu’il faut s’attendre à 366 000 € sur l’île aux Moines.

Pour les appartements anciens un budget de 3940 €/m² sera nécessaire à Carnac. C’est toujours mieux que les 3720 €/m² demandé par les vendeurs de Arzon, ou encore des 3600 €/m² indispensable à Quiberon.

À Vannes il faudra compter sur un budget de 300 000 € pour devenir propriétaire d’une maison ancienne côté golf, où les prix sont en hausse de +9,9 %.