Accueil Marché immobilier Maison ou appartement en bord de mer, combien ça coûte ?

Maison ou appartement en bord de mer, combien ça coûte ?

Acheter un appartement ou une maison en bord de mer coûte d’autant plus cher que l’on se rapproche de la plage. Les notaires constatent d’ailleurs que les montants des transactions sont en hausse sur la majeure partie du littoral français, parfois même au-delà de 15 %. Mais il reste des ajustements à la baisse, même sur des stations balnéaires connues, en Bretagne comme sur la Côte d’Azur.

Pour info : les prix de l’immobilier ci-dessous sont des médianes constatées par les notaires, ils ont été mis à jour le 07 avril 2020.

Acheter en bord de mer, là où les prix baissent

Jusqu’à -16 % sur les appartements anciens

Une résidence secondaire au soleil pour 2210 €/m² ? Oui c’est possible et c’est situé sur L’île de beauté, à Borgo (2B). Les notaires constatent que les prix des appartements anciens y reculent de -16,6 % en 5 ans.

À Gruissan (11) c’est un peu plus cher et il y a plus de monde. En 5 ans les prix ont reculé de -5,1 %, désormais 2530 €/m² sont nécessaires pour devenir propriétaire de l’un des 13 000 logements que se partagent les 5 000 habitants.

À Cavalaire-sur-Mer (83) c’est encore plus cher, mais les prix baissent de -9,1 % sur 5 an et progressent de +3,6 % sur 1 an. Les notaires ont constaté des ventes médianes à 4220 €/m². Un projet réalisable pour qui dispose de la capacité d’emprunt suffisante pour cumuler 2 crédits immobiliers.

Les prix des appartements anciens sont en mode décollage sur la côte basque. On pense notamment à Biscarrosse (40) qui affiche +37,1 % sur 5 ans. Heureusement, il reste peut-être de bonnes affaires. Ainsi à Moliets-et-Maa (40) le budget descend à 2850 €/m², ce qui représente un recul de -8,5 % sur 5 ans.

Il est peut-être temps d’investir dans l’immobilier à Ploemeur (56). Le prix des appartements anciens descend à 2590 €, après un pas en arrière de -3,1 % sur 5 an.

Un peu plus haut en Normandie les prix des appartements anciens perdent -17,5 % à Dives-Sur-Mer (14) en 5 ans, suite à un décrochage de -8,7 % en 1 an. À 2 heures de Paris on peut désormais posséder une résidence secondaire pour 2750 €/m².

Jusqu’à -12 % pour les maisons anciennes

Les candidats acheteurs intéressés par l’immobilier en Bretagne vont pouvoir se tourner vers le Finistère. Dans le village côtier de Plouzané (22) les maisons anciennes se vendent en médiane à 168 000 €, un prix attractif dans la métropole de Brest. Mais surtout il affiche -8,7 % en 5 ans et +1,2 % en 1 an.

Il y a aussi Saint-Gildas-de-Rhuys (56) où les maisons anciennes changent de main pour 264 000 € de médiane. C’est 3,1 % de moins qu’il y a 5 ans et la fourchette oscille entre 185 000 € et 381 000 €.

Le marché de la maison ancienne a subi un certain nombre de revers sur la côte méditerranéenne. Ainsi Le Pradet (83) affiche un prix de vente médian de 400 000 €, en baisse de -5,7 % sur 5 ans mais en hausse de +6,7 % sur 1 an.

Le montant des transactions a baissé de -24,4 % en 5 ans à Roquebrune-sur-Argens (83), et reste en retrait de -0,4 % sur 1 an. Pourtant avec 370 500 € de médiane le budget reste dans les standards d’une résidence secondaire sur la Côte d’Azur.

De l’autre côté du golfe du Lion et tout près de la frontière espagnole, il y a Saint-Cyprien (66). Les maisons se vendent en médiane à 179 000 €, ce qui est déjà plus abordable. Mais surtout elles affichent -11,2 % sur 5 ans, après avoir subi -19,0 % sur 1 an. Une évolution plutôt surprenante alors que la commune affiche 0,3 % de logements vacants, bien en dessous de la moyenne nationale.

Et pour ceux qui préfèrent une résidence secondaire loin de la foule et plus proche de Paris, il y a la magnifique baie de somme. À Ault (80) les notaires calculent le prix de vente médian d’une maison à 90 500 €. Un budget qui régresse de -15,4 % sur 5 ans, avec une fourchette de transactions comprises entre 68 000 € et 147 000 €.

Acheter en bord de mer dans une station balnéaire de renom

S’il existe beaucoup de principes de base pour réussir un investissement immobilier, l’emplacement est incontestablement l’un d’entre eux. Acheter dans une station balnéaire connue offre un certain un aspect sécuritaire, à condition d’évaluer correctement le logement convoité avant de signer.

À Biarritz (64) il faut s’attendre à débourser 551 500 € de médiane pour une maison ancienne. Les prix ont augmenté de +7,1 % en 5 ans. Pour un appartement ancien il est raisonnable de prévoir 6090 €/m², les prix ayant explosé de +32,9 % en 1 an.

Dans un registre moins huppé, les notaires calculent 3500 €/m² pour un appartement à Lacanau (33), en hausse de +0,7 % sur 5 ans.

Du côté de la Normandie les stations balnéaires comme Deauville (14) proposent un marché plus abordable. Les appartements anciens sont disponibles pour 4600 €/m² de médiane soit +3,6 % en 5 ans.

Encore plus au nord on arrive dans la célèbre station balnéaire Le Touquet-Paris-Plage (62). Comme c’est un peu plus sélect, il faudra compter sur 5600 €/m² pour un appartement et 600 000 € pour une maison.

Passons du sélect au très chic, et descendons jusqu’à Saint-Tropez (83). Les notaires enregistrent des transactions sur les maisons anciennes pour un montant de 2 375 000 €, et pour ce prix les acheteurs choisissent surtout des surfaces de 6 pièces et plus. Pour les appartements il faut prévoir 8000 €/m², presque autant que dans l’Est de Paris.

Le marché a été plutôt actif à Andernos-les-Bains (33). En 1 an le prix de vente médian des maisons s’est établi à 375 000 €, une progression de +2,2 % en 12 mois. Les appartements ont changé de propriétaire pour 4710 €/m², soit une avancée de +1,0 % en 1 an. Ce phénomène peut être dû à la baisse des taux immobiliers qui force de nombreux acheteurs à passer à l’acte.

Pour qu’une résidence secondaire soit un investissement immobilier

En station balnéaire, plus l’on se rapproche du rivage et plus les prix sont élevés. Dans les plus célèbres d’entre elles il est aujourd’hui difficile, voire rare, voire impossible, de bâtir avec vue sur mer. Ainsi les appartements existants en bord de plage peuvent être considérés comme des biens uniques.

L’un des points clés pour transformer l’achat d’une résidence secondaire en un investissement locatif, est donc d’acheter avec vue sur mer, dans une station balnéaire où l’on ne peut plus construire sur le rivage. D’autant plus que certains propriétaires n’y passeront que 3 semaines par an, ils seront tentés de louer en meublé le reste de l’année. Ils le feront d’autant plus facilement si le bien immobilier présente un accès rapide à la plage, ainsi qu’aux commerces de proximité.

Mais pour réaliser une bonne affaire il faut tomber au bon moment. Le candidat acheteur doit s’armer de patience de manière à trouver le bon appartement ou la bonne maison au bon endroit. Il doit également mettre constamment à jour sa capacité d’emprunt auprès de sa banque, afin de pouvoir réagir rapidement dès qu’il a trouvé ce qu’il cherchait.

Fabien Belleinguer

Fondateur, administrateur et éditeur du site emprunter–malin.com, titulaire d'un bac de comptabilité (G2) obtenu en 1987. Blogueur sur les thèmes de l'argent et des assurances des particuliers depuis 2012, je choisis mes sources pour la pertinence de leurs chiffres et les analyse en toute indépendance. Pour les prix de l'immobilier : notaires, baromètre LPI SeLoger, baromètre FPI. Pour les taux des crédits : Banque de France, observatoire CSA/Crédit Logement.

Abonnez-vous à ce fil de discussion
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires dans le texte
Voir tous les commentaires